Le Mwami Kabare Désiré RUGEMANINZI II NABUSHI, chef de la Chefferie de Kabare, se dit prêt à accompagner l’IFDP pour mener à bon port ce projet pilote d’appui à la gestion foncière décentralisée à base coutumière que l’IFDP expérimente dans son entité.

mwami

C’est ce que révèle cet entretien que Sa Majesté Mwami Kabare vient accorder à l’IFDP ce jeudi 24 Octobre 2013 à son domicile à Cirunga. Un événement qui coïncide avec la visite de son Excellence monsieur l’ambassadeur de Suisse en RD Congo, en vue de palper du doigt le travail qui se fait par l’IFDP sur le terrain à Kabare. En effet, ce projet pilote d’appui à la gestion décentralisée à base coutumière que l’IFDP dans cette entité bénéficie de l’appui technique et financier du gouvernement Suisse. Et cela a sans doute été un honneur, non seulement pour l’IFDP mais aussi pour la chefferie de recevoir cet hôte de marque.

Q/ : IFDP dispense actuellement, ici au bureau du groupement de Cirunga, une formation en faveur des agents du cadastre coutumier et des agronomes locaux basés à Cirunga, Mumosho et Katana sur les notions de topographie (à travers un atelier organisé par l’IFDP à Cirunga du Mardi 22 au Vendredi 25 Octobre 2013). Pouvez-vous nous dire, Sa Majesté, l’intérêt que la chefferie de Kabare accordez, non seulement à cette activité prise de manière singulière, mais surtout à tout ce processus de sécurisation des terres paysannes à travers un projet pilote de Gestion Foncière décentralisée à base Coutumière initié par l’IFDP dans votre entité ?

Comme je l’ai dit dans mon mot d’introduction, puisque vous savez que nous venons de recevoir et c’est un honneur pour la chefferie de Kabare l’ambassadeur de Suisse en RDC. Comme je l’ai dit dans mon mot l’approche que l’IFDP a offerte à la chefferie de Kabare l’opportunité d’expérimenter est une approche que je ne peux qu’encourager ; puisque je vous le dis 80% des conflits qui se trouvaient devant les tribunaux coutumiers de la chefferie de Kabare relevaient des conflits fonciers. Toute approche qui peut nous aider à sécuriser les paysans, cette approche peut nous aider améliorer la sécurité d’une manière générale. Donc la sécurité comprise dans son entendement général au niveau de notre chefferie. Donc je ne peux que m’associer à IFDP pour mener à bon port ce projet de sécurisation des terres coutumières rurales des paysans. C’est ça ma première réaction à votre question.

Le grand problème que nous avions, ce que nous n’avions qu’un seul technicien en matière d’élaboration de certificat de titre foncier coutumier. Et cet agent était devenu très vieux. Ça c’est la première difficulté. Ce qui fait que, non seulement il était le seul agent mais il était obligé de se déplacer dans les différents groupements. Mais avec la formation que l’IFDP est entrain de faire auprès de certains agents que nous allons recruter pour mener à bien le processus de sécurisation des terres rurales et coutumières, nous allons décentraliser. Donc cette formation va nous permettre d’avoir dans les groupements même des agents qui sont formés pour élaborer, mesurer et donner des données réelles des champs des paysans et les transmettre à la chefferie. Donc ce sont des agents qui seront sur le terrain dans les groupements et qui vont récolter les données sans subir la pression de la distance comme notre agent subissait la pression, non seulement de la distance mais du temps et du nombre des dossiers. Donc je crois que c’est une formation qui est la bien venue et comme je l’ai dit nous sommes prêt à accompagner l’IFDP dans tous ces efforts pour ramener chaque congolais, paysan soit-il, si peu nanti soit-il à avoir un document qui puisse lui permettre de sécuriser sa terre, de pouvoir transmettre ce document à ses enfants, avec la garantie que l’Etat représenté par la chefferie pourra être son témoins devant les autres instances en cas de conflit. Et je vous ai dit que ce processus va, et j’en suis sure, diminuer les conflits fonciers devant les cours et tribunaux. Que ce soit au niveau de la chefferie, que ce soit au niveau de Kavumu, que ce soit même au niveau de la ville de Bukavu en ce qui concerne la population de Kabare. Je vous remercie.

Q/ : Tout à fait merci, mais en ce qui concerne le cadre de travail, nous voyons ici que les travaux de réhabilitation du bureau qui va servir à ces agents de cadre de travail sont déjà en cours, qu’es ce que vous en dites?

Oui je vous ai dis, je l’ai fait remarqué à monsieur l’Ambassadeur : grâce à l’appui que IFDP a pu avoir de l’ambassade de Suisse, on est entrain de réhabiliter un bureau qui sera très prochainement équipé d’ordinateurs et c’est déjà un signe de modernisation. Et cet équipement va servir à informatiser justement la gestion rationnelle des titres de propriété qui seront délivrés dans la chefferie de kabare. Ça nous permettra en un temps record ou en cas de conflit de cliquer sur un bouton et d’avoir la situation réelle de l’origine de ce conflit. Donc je vous dis que les travaux qui sont entrain de se faire vont s’achever très bientôt et j’espère que très bientôt nos techniciens pourront être à pied d’œuvre au niveau des groupements mais, nous permettre aussi au niveau de la chefferie de centraliser le travail qu’ils auront fait et de délivrer des titres qui sécuriseront les paysans de la chefferie de kabare.

Q/ : Alors Sa Majesté pour terminer, quel est le mot que vous pouvez adresser à la population de Kabare qui est appelé à consommer ces services ?

Nous sommes entrain de discuter justement avec l’IFDP, je vous ai dit que si certains ne pouvaient pas accéder au certificat ou au titre foncier coutumier, ce que nous n’avions qu’un seul agent et par fois le temps décourageait certains paysans qui avaient besoin de faire sécuriser leur terre. Deuxièmement, c’était peut être par rapport à l’efficience même des outils que nous utilisions. Troisièmement c’était aussi par rapport au coût. Nous sommes entrain, maintenant, de mettre en œuvre un système qui peut permettre, après les études qui ont été faites par IFDP, qui peut permettre même au ménage les plus pauvres de bénéficier de son titre à un coût qui sera abordable et acceptable, suivant les études qui ont été faites, puisqu’il y a une étude qui a été menée pour voir les ménages les plus pauvres sont prêts à acheter ce titre foncier coutumier à quel montant.

Et l’avantage que je vous dis, ce que nous auront l’informatique. Donc nous saurons que dans tel groupement il y a autant de parcelles qui ont des propriétaires légaux. Ça nous permettra aussi d’avoir une cartographie de ce qu’est l’état actuel de la question foncière dans la chefferie de Kabare.

Le mot de la fin, ce que les gens, que tous ceux qui sont désireux d’obtenir ce titre, nous ne commençons pas dans tous les groupements à la fois, nous avons commencé avec 3 groupements cibles : Mumosho, Cirunga et katana, et ce n’est pas dans tous les villages que le projet va se démarrer c’est surtout dans le village de Mandwe et de Mumosho centre, à Mumosho ; à Cirunga ça sera dans le village de Mbonobono et de Cirunga centre ; et à Katana ça sera dans le village de Mwanda. Donc je demande à tout congolais, tout Kabarois qui veut faire enregistrer son document, son champ, qu’il fasse le plus rapidement possible, qu’il se fasse connaitre auprès des service de topographie et de gestion de la question foncière dans le bureau de ce groupement en fin que dès que nous démarrons qu’on commence par ces personnes là. Et ce sera une façon pour eux d’être parmi les premiers à avoir sécurisé leurs terres pour non seulement leur propre bien mais pour le bien de leurs enfants.

le Responsable

Jean-Baptiste Safari Coordinateur de l'organisation IFDP en Congo RDC.


Donner une Réponse

Les dernières années

Notre Mission

Conscientiser, renforcer les capacités et les compétences ainsi qu’appuyer l’engagement constructif et des actions innovantes et propres qui sécurisent les droits des communautés locales y compris les droits des femmes et des peuples autochtones leurr permettant de participer, de contrôler et de bénéficer de leurs ressources naturelles, aussi bien la terre, la forêt et les mines dans une perspective d’améliorer leur cadre de vie et de renforcer la paix qui les rendent « médecins de leur propre guérison ».

Continue à lire